Rencontre avec mon mari, Olivier


Peux-tu me présenter ta famille ?

Je m’appelle Olivier, j’ai 30 ans, je t’ai épousé il y a 4 ans et nous avons deux fils Noé, 3 ans et Côme, 1 an.

As-tu toujours voulu être un jeune père ?

J’ai toujours voulu être père mais je ne m’étais jamais posé la question sur le timing. Après coup, je suis super content. Je suis quelqu’un d’assez dynamique et j’aime beaucoup jouer avec mes enfants. J’ai très envie de faire des activités sportives et des défis avec eux du coup je suis ravi de les avoir eu jeune.

As-tu ressenti une pression de ma part pour avoir des enfants?

Oui mais une bonne pression. Tu ne comprenais pas vraiment la tendance à attendre des années avant de se marier et d’avoir des enfants. Tu avais envie de te lancer et moi j’étais tout à fait d’accord. Tu m’as donné un petit coup de pousse et je pense que tu devras toujours m’en donner avant de me lancer.

Qu’as-tu ressenti quand je t’ai annoncé que j’étais enceinte?

J’étais super content mais il y a aussi une période de remise en question et de peur. Je me demandais ce qu’il allait se passer et quelle allait être ma vie une fois que je serai père.

Est-ce que ta vie a réellement changé à la naissance de ton premier enfant ?

Honnêtement oui. Tu deviens responsable du jour au lendemain et tu ne peux plus faire ce que tu veux quand tu veux. Je suis passionné de sport et j’adore voir mes amis. J’étais le premier à devenir père, ils ne comprenaient pas quand je refusais un diner ou une soirée. Ce n’était pas toujours facile parce que j’avais envie de rester avec vous mais je n’aimais pas que mes amis me fassent sentir que j’étais moins présent. J’avais envie d’être partout à la fois. Heureusement tu me laisses tout faire et j’ai appris à m’organiser pour pouvoir tout concilier.

Aimes-tu la période de nouveau né ?

Pour Noé, j’ai trouvé que je ne servais pas à grand chose parce que tu l’allaitais. A cet âge là, il y a très peu d’interactions surtout quand ils sont calés aux seins de leur mère toute la journée. J’étais plus dans l’excitation de me dire qu’il était là, j’étais trop fier d’avoir mon fils et j’adorais quand il dormait sur moi mais je préfère mille fois maintenant que la période où il était nouveau né.   

Pour Côme, c’était totalement différent. Je me suis senti beaucoup plus utile parce que je me suis énormément occupé de Noé. Mais au final, la meilleure période commence réellement quand tu peux interagir avec eux, je reste un grand enfant et tout ce que j’aime c’est jouer avec eux.

Te sens-tu un père moderne ?

Je pense que je dois un peu l’être. Je ne vois pas du tout ma vie comme ça pouvait être à l’époque ; où le père travaille toute la journée, rentre tard le soir et ne voit pas ses enfants. J’ai vraiment envie d’être impliqué dans la vie et l’éducation de mes enfants, tout en m’épanouissant et en réussissant professionnellement. Par contre, je n’ai pas fait beaucoup de nuit. J’ai eu une chance folle que tu allaites longtemps. Je conseille à tous les hommes d’être pro allaitement pour qu’ils puissent bien dormir. Ça ne m’a pas dérangé d’en faire de temps en temps mais je ne crois pas que j’aurais pu faire une nuit sur deux comme beaucoup de nos amis font.

Pourrais-tu être père au foyer ?

Je n’en suis pas certain… En fait, je suis sur que non ! Au début, je pensais que je pourrais l’être mais finalement avec le temps je ne crois pas. J’ai trop besoin de pouvoir souffler et c’est un job full time qui demande énormément de patience et d’attention. C’est triste parce que être mère au foyer n’est pas valorisé alors que c’est le métier le plus fatiguant au monde. On plaisante souvent avec mes collègues en disant que les vacances sont au boulot. On ne s’en rend pas compte tant qu’on n’est pas parents. Etre mère au foyer est un rôle un peu ingrat. Personnellement, je suis super content que nos enfants aient la chance d’être si souvent avec toi. Je suis persuadé que les enfants en bas âge sont les plus heureux quand ils sont avec leur mère.

As-tu ce challenge comme beaucoup de mères entre travailler et être avec tes enfants ?

Tout à fait. J’ai envie de réussir professionnellement. J’ai des objectifs que je me suis fixés que j’ai envie d’atteindre mais je veux être un père super présent pour mes enfants.

Culpabilises-tu quand tu es sans eux ?

Je ne culpabilise pas quand je vais travailler parce que je suis content d’aller travailler mais aussi parce que je dépose Noé à l’école le matin. C’est notre moment à deux, on chante dans la voiture, on rigole, on se raconte des blagues et il est toujours adorable quand je le laisse à l’école.

Par contre, je culpabilise si je vais à mon entrainement de rugby tout de suite après le boulot sans être passé par la maison. J’aime bien les voir au moins une heure le soir. D’ailleurs, si je ne les vois pas du tout un soir je n’hésiterai pas le lendemain à rentrer plutôt pour jouer avec eux.

Je culpabilise aussi quand je sais que les enfants sont malades ou qu’ils sont difficiles et que tu es seule avec eux parce que je suis au rugby ou avec des amis.

Penses-tu que le lien entre un père et ses enfants est le même que celui d’une mère et ses enfants ?

Je suis persuadé que c’est totalement différent. Les femmes ont un lien avec leurs enfants qui est indescriptible. Quand les garçons sont malades, tristes ou quand ils se font mal, ils ne veulent que toi. Je crois que j’ai épousé la femme la plus maternelle et dévouée au monde mais j’ai l’impression qu’une femme est mère avant tout alors qu’un homme est père mais a aussi besoin d’autre chose. Je serai très content d’avoir un week-end sans les enfants par exemple et ça fait 3 ans qu’on peut compter ces week-ends là sur les doigts d’une seule main. Je pense qu’il y a quelque chose de totalement différent. Contrairement à toi, j’ai besoin d‘avoir une vie sociale et sportive en plus de ma vie de famille et de ma vie professionnelle. J’adore avoir des soirées avec des copains, aller au restaurant, avoir mes entrainements de rugby, les matchs et surtout les troisièmes mi-temps.

Te sens-tu capable d’être seul avec les enfants sans moi?

Oui j’en suis tout à fait capable. Tu t’en occupes beaucoup plus que moi parce que tu es plus à la maison mais quand je suis là je suis toujours avec eux. J’adore quand tu me les laisses et ça ne me fait pas du tout peur.

Quelles sont tes activités préférées avec tes enfants ?

Ce que je préfère le plus c’est les avoir que pour moi. Ils sont différents quand tu n’es pas là. En fait, quand tu es là, ils sont plus maman que papa. Du coup je profite moins d’eux. Tout ce que j’aime c’est organiser une activité avec eux comme aller à Pairi Daiza à trois, escalader le lion de Waterloo, aller manger une gaufre, faire une promenade à vélo, cuisiner, faire un jeu de société, créer une cabane,… J’aime beaucoup aussi faire des activités avec un enfant à la fois. Je suis allée au cinéma pour la première fois avec Noé à nous deux et c’est un moment que j’ai adoré. Ils sont tellement émerveillés par tout et ils ont l’impression d’être les rois du monde d’être juste avec moi.

Veux-tu qu’ils soient passionnés de sport comme toi ?

Je n’ai aucune attente par rapport au sport contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent croire. Je n’ai pas spécialement envie que mes fils deviennent des stars du rugby et qu’ils aient la carrière sportive que je n’ai pas eue. Mais c’est vrai que le rugby m’a apporté beaucoup de choses notamment de belles valeurs collectives. Je vais les faire commencer le rugby et voir si ils accrochent ou pas mais je ne les forcerai jamais à faire quoi que ce soit au niveau du sport.

Quel est ton moment préféré de la journée ?

Quand je rentre le soir et qu’ils hurlent tous les deux papa en courant dans mes bras. Je leur répète tout le temps, qu’ils doivent faire ça toute leur vie.

Quel père veux-tu être ?

Je veux être un père super présent. Ensemble, je veux faire des voyages, des challenges sportifs et d’aventure, du camping,…J’ai envie d’avoir de l’énergie à revendre pour faire le plus possible d’activités avec eux. Plus tard, j’ai envie de les aider, d’être de bons conseils, que mes enfants m’appellent si ils ont besoin de quoi que ce soit. J’ai vraiment envie d’avoir une vraie relation avec chacun de mes enfants et qui sera entretenue toute la vie.

Est-ce que notre couple a changé depuis qu’on est parents?

Oui on a beaucoup moins de temps à nous deux mais du coup ils sont beaucoup plus chouettes quand ils sont là. En fait, depuis que tu es mère, tu veux bien laisser les garçons que si c’est pour faire quelque chose de sportif, d’aventureux ou de différent.

Ca nous a permis de commencer à courir ensemble. On participe à des courses à deux et j’adore que tu adores faire du sport.

On a laissé Côme pour la première fois à 11 mois, il se réveillait encore 3 fois par nuit. J’étais sur que tu voudrais partir au soleil pour dormir... Pas du tout, jamais tu accepterais de partir quelques jours au soleil sans les garçons, ça n’a pas de sens pour toi de faire ce genre de voyage sans eux. A la place, tu as voulu gravir le Kilimandjaro… J’adore cette nouvelle facette de toi.

La parentalité nous a apporté de nouveaux points communs. Pour le reste, on se complète assez bien. Tu n’as aucune envie et tu détestes tout ce qui est sortie et vie sociale alors que moi je suis l’opposé. Tu es ravie quand je suis au rugby et que tu es seule à la maison le soir avec les garçons. On est tous les deux très contents parce qu’on a chacun ce qu’on a envie.

 

 


1 commentaire


  • Alicia

    J’adore ! 🥰🥲


Laissez un commentaire